COUPS DE PIEDS - DA / CUOC PHAP


LES COUPS DE PIEDS

Les coups de pieds (CUOC PHAP).
Les coups de pieds sont très appréciés par tous.
Beaucoup rêvent de faire de magnifiques coups de pied, de pouvoir lever
avec aisance les jambes. Mais il faut savoir que cela n’est pas donné à tout
le monde de pouvoir développer une telle souplesse.
Certains, pour des raisons morphologiques (bassin, articulations, tendon
etc.…), ne pourrons jamais faire de grand écart et donc, impossible de faire
de superbes coups de pied haut.
Mais, un certain grand maître en Vo-Dao ma dit un jour !
« Ca ne sert à rien de savoir lever la jambe au dessus de sa tête, si il n’y
à pas de puissance dedans, de plus, lever la jambe en direction de la
tête de l’adversaire est risqué, car tout votre corps ne tient plus que sur
une jambe, donc vous êtes vulnérable.
Au Vietnam les coups de pied haut dépassent rarement le niveau de la
ceinture. »
Souvent on me demande le « secret » ou la « recette » pour réussir tel ou
tel coup de pied.
Comme je le dis plus haut, tout est question de morphologie, donc pas de
réel « secret ».
Mais, il ne faut pas pour autant désespérer, la situation n’est pas critique.
Je m’explique : pour les techniques de pied, il est important de consacrer au
mois dix bonnes minutes d’échauffement des jambes et des hanches. Bien
entendu, on commence doucement à donner des coups de pied, ce qui
permet aux muscles de se formater, et progressivement on les exécute plus
rapidement et de plus en plus fort.
Comme je les déjà dis, il n’est pas nécessaire de donner un coup de pied
haut (Surtout au début).
L’essentiel, (là on pourrait parler éventuellement de secret) c’est d’avoir un
équilibre parfait.
En ce qui me concerne, la base de tout bon coup de pied réside dans 2
« choses », l’équilibre et la précision, (savoir transférer son centre de gravité,
l’équilibrer).
Une fois l’équilibre trouvé, le Vo-Sinh devra chercher la précision, en
donnant des coups de pied niveau bas, il pourra y apporter des corrections
qui l’aideront à atteindre le niveau supérieur.
Ma conclusion sur le sujet est : Il faut bien se dire, que tout le monde ne peut
pas faire de coup de pied très haut.
Mais, cela n’est pas une raison pour freiner ses efforts dans le travail de la
souplesse, du développement de l’élasticité des muscles, mais attention de
ne pas dépasser la limite acceptable, car les déchirures musculaires sont
douloureuses et longues à se remettre, donc a consommer avec modération.




Explications détaillées :

DA HAT MOT : cette technique s’exécute de 2 façons :
- 1) Jambe tendue (raide) montante. Le pied est en position dite de « ballerine » la frappe se fait avec le dessus du pied.

Le but de ce coup de pied direct est de stopper l’adversaire en le frappant au niveau du menton.
- 2) Jambe tendue (raide) montante, le pied est en position rentrant vers l’intérieur pour mettre en avant le talon. La frappe se fait donc avec le talon.

Le but de ce coup de pied direct est de stopper l’adversaire en le frappant au niveau plexus, ou du visage ou du menton.

DA HAT HAI : Cette technique s’exécute jambe tendue (raide) montante, le pied est en position rentrant vers l’intérieur pour mettre en avant le tranchant du pied. Le but de ce coup de pied direct est de stopper l’adversaire en le frappant au niveau menton.

DA HAT BA : coup de pied descendant, la frappe se fait avec le talon. La jambe part de l’intérieur du corps en montant, elle effectue un léger mouvement circulaire, puis redescend violement sur l’adversaire. La frappe se fait au niveau de la clavicule (épaule).
Pour les vo-sinh très souples, la frappe peut se faire au niveau de la tête.

DA HAT BÔN : même principe que pour le DA HAT BA, mais, la jambe part de l’extérieur du corps.

DA THANG : Coup de pied direct, la frappe se fait avec le bol du pied.

Se mettre en garde, monter le genou (de la jambe la plus en arrière), puis détendre la jambe en rentrant les orteils.
Ce coup de pied vise le plexus ou le visage de l’adversaire.
Attention : une fois la frappe effectuée, la jambe revient à sa position de départ.

DA CANH : cette technique s’exécute en 2 temps. Se mettre en garde, monter le genou, (de la jambe la plus en arrière), puis détendre la jambe, mettre le tranchant du pied en avant. Viser le plexus de l’adversaire, frapper, puis laisser la jambe au contact du corps de l’autre et laisser glisser cette dernière (en appui).
Attention : bien penser à mettre le corps en avant pour plus de pression lors de l’impact.

DA DAP ou DA NGANG : coup de pied latéral, pour effectuer ce coup de pied, se mettre en garde de face. Monter la jambe la plus en arrière, effectuer en même temps une rotation du corps ¼ de tour. Vous serez donc de profil, détendez la jambe, puis frappez avec le tranchant, ou le talon, ou
encore avec la plante du pied.
Attention : la jambe doit être parallèle au sol.
Pourquoi trois zones de frappe ?
Si on frappe avec chacune des trois zones, l’effet engendré ne sera pas le même.
Explications : si je décide de faire mon DA DAP avec comme zone d’impact la plante du pied, le résultat sera une éventuelle mise à distance de mon
adversaire
Si je décide de le faire avec le tranchant ; là, le résultat sera différent. Avec le tranchant je vise la gorge de l’adversaire, je ne veux plus le tenir à distance, mais plutôt le stopper net.
Avec le talon, l’effet sera encore différent. Le talon est petit dur et compact, il sera utilisé comme « outil » de perforation. La zone visée sera l’ensemble du corps.

DA TAT MOT : coup de pied circulaire. Ce coup de pied se donne de 2façons :
1) avec le dessus du pied.
2) Avec le tibia.
Se mettre en garde, lancer la jambe arrière, plier la jambe arrière, tourner le corps dans la direction du coup à donner puis détendre la jambe et frapper avec le dessus du pied.
Attention : l’impact se fait jambe tendue niveau haut. L’effet obtenu donne l’impression que l’on donne une gifle à l’adversaire.
Dans le second cas, on applique le même principe mais la différence sera la distance entre vous et l’adversaire.

Si l’adversaire est trop prêt, l’impact se fera donc avec le tibia.

DA TAT HAI : ce coup de pied s’effectue de la même façon que le DA TAT MOT sauf que le mouvement circulaire continue, il ne s’arrête pas en haut (pied au zénith).
Autre changement, on frappe avec le bol du pied.
La zone d’impact sera les côtes flottantes, voire le visage si l’adversaire est en position basse.

DA VONG SAU : le coup de pied circulaire arrière.
Se mettre en garde, effectuer un demi tour vif dans la direction de la jambe arrière (ex : si vous êtes en garde jambe gauche devant, le demi tour se fera en direction de la droite.)
Servez vous de l’inertie pour lancer la jambe arrière, cette dernière formera un arc de cercle. Penchez vous légèrement vers l’avant pour permettre à votre jambe de monter.
La zone d’impact sera le côté du visage.
A savoir : on peut frapper soit avec le talon, soit avec toute la surface du pied.

DA DAP BAY MOT : même principe que le DA DAP, on effectue cette technique lorsque l’on est à distance de son adversaire. On peut alors prendre de l’élan et effectuer un saut. Important : Lors de l’impact, la jambe est entièrement détendue.

DA DAP BAY HAI : même principe que le DA DAP BAY MOT, on effectue cette technique
Lorsque l’on est à distance de son adversaire. On peut alors prendre de l’élan et effectuer un saut.
Important : Lors de l’impact, ce sont les deux pieds qui frappent en même temps, et les jambes sont détendues lors de l’impact.

DA THANG BAY HAI : même principe que le DA THANG, on effectue cette technique
Lorsque l’on est à distance de son adversaire. On peut alors prendre de l’élan et effectuer un saut.
Important : Lors de l’impact, ce sont les deux pieds qui frappent en même temps, les jambes sont fléchies jusqu’à la dernière « seconde » avant l’impact, ensuite détendez les jambes violemment.
Le résultat obtenu sera une projection de votre adversaire.

A savoir : la zone de frappe est le plexus, voire le bas ventre.

DA QUET: Ces techniques dites de balayages, servent à « détruire » les « fondations » de votre adversaire. Ces techniques doivent être effectuées très rapidement et avec une grande souplesse.
Détail de la première technique : ce balayage s’effectue de la façon suivante.
« Jetez » vous au sol, appuyez vous sur un bras, ensuite lancez votre jambe circulairement (l’attaque se fait de l’extérieur vers l’intérieur.) ensuite tout en continuant votre mouvement circulaire, crochetez la cheville de votre adversaire.
Conseil technique : une fois votre adversaire au sol, revenez sur lui avec la même jambe en effectuant une frappe vive avec le talon au niveau du bas ventre.
Détail de la seconde technique : ce balayage s’effectue de la façon suivante : il arrive que lors d’un combat on se retrouve dos à l’adversaire.
Dans cette configuration, rien n’est perdu !
On peut encore s’en sortir en effectuant un balayage.
Même principe, jetez-vous au sol, appuyez-vous sur une main et sur un genou. Effectuez un mouvement circulaire avec la jambe d’attaque tendue.
Attention : la jambe part avec le pied en position de crochet.
Conseil technique : une fois le balayage effectué enchaînez rapidement au sol ou relevez-vous et enchaînez par des coups de pieds.
Attention : les explications données ne sont pas les formes définitives des techniques, le pratiquant apprendra à les parfaire en augmentant sa rapidité,
son coup d’oeil et sa maîtrise du geste.



مقالات ذات صلة